Alors que la foire tire vers la fin, des personnalités y font un tour pour apprécier l’ingéniosité des Togolais. C’est le cas de Pascaline Amaglo, jeune fille de 20 ans et Miss Togo Diaspora 2017, qui a sillonné ce jeudi les stands de la foire « Made in Togo » à Lomé pour apprécier ce que font ses compatriotes sur le terrain.
« J’ai vraiment apprécié le fait de mettre en valeur ces exposants. Je suis fière de voir que le Togo se bat pour réussir. J’ai confiance et je suis fière. C’est très encourageant pour la suite. Continuez, battez-vous, persévérez et toutes les portes vous s’ouvriront », a-t-elle lancé.
L’association « Miss Togo Diaspora » vise à valoriser la beauté naturelle de la jeune femme togolaise. Les candidates à cette compétition ne doivent pas avoir la peau dépigmentée, ni les cheveux défrisés. Elles doivent être naturelles telles que Dieu les a faites.
« Celles qui ont les cheveux défrisés et veulent compétir sont aidées pour faire en sorte qu’elles franchissent le pas et soient enfin éligibles », s’est confiée Déborah Bassuka, ancienne Miss Togo et présidente de l’association “Miss Togo Diaspora”.
« Le premier objectif est de valoriser ces jeunes femmes et de montrer qu’elles sont naturellement belles. Ensuite, c’est de faire en sorte que la culture togolaise rayonne car nous organisons des obstacles, nous travaillons avec des artistes togolais. La 1ere édition a eu lieu le 11 février 2017 en France en présence d’Almock, artiste de la chanson, et Alex, l’humoriste », a précisé Déborah Bassuka.
Chaque candidate qui se présente doit être d’abord de la diaspora. Ensuite, il faut qu’elle ait un projet social personnel qui vise le développement du Togo. Celle qui est Miss Togo Diaspora 2017 par exemple a pour projet de donner accès à la culture au travers de la création de bibliothèques.